Algérie

Alger, « la blanche »

on
4 février 2020

Capitale et principale porte d’entrée de l’Algérie, Alger jouit d’une riche histoire et d’un patrimoine culturel fort intéressant. Elle est passée sous différentes dominations (phéniciens, musulmans et espagnols) avant de tomber aux mains des turcs qui ont fait d’elle le centre politique de la régence d’Alger. D’ailleurs, la ville doit son essor économique à son port bâti par le célèbre corsaire ottoman Khayr ad-Din Barberousse. Son rôle de capitale du pays sera confirmé lors de la colonisation française à partir de 1830.

Depuis quelques années, l’Algérie s’ouvre de plus en plus au tourisme. Sa capitale Alger a tant à vous faire découvrir à l’image de la sublime basilique Notre-Dame d’Afrique, en passant par la Casbah millénaire et le paisible jardin d’essai et en arrivant au Mémorial du Martyr, le symbole de la ville.

LeTouriste vous embarque à l’exploration de la cité méditerranéenne surnommée au choix « la blanche », « la bien-aimée » ou encore la Joyeuse (Bahdja).


Vue panoramique sur la baie d’Alger, Janvier 2020


Que faire à Alger :

#1 : La Casbah

La Casbah est un quartier historique d’Alger qui fut le siège du pouvoir politique de l’époque ottomane et dont le nom fait référence à la citadelle qui surplombait la ville. Elle englobe aujourd’hui la Vieilleville, inscrite au patrimoine mondial de de l’Unesco depuis 1992. A l’image des médinas du Maghreb, elle se visite à pieds au fil d’un dédale de ruelles étroites qui descendent en cascade jusqu’à la Méditerranée.

La casbah se cache derrière la charmante Place des Martyrs. Cette vaste place ouverte sur le port est bordée d’immeubles au style français haussmannien, de boutiques et de mosquées. Vous y trouverez « Jamaa El Kebir« , la mosquée la plus ancienne de la casbah construite en 1097 par les almoravides, et le « Jamaa al-Jdid » surnommé Mosquée de la Pêcherie en référence à la halle des poissons située à côté.

La place des martyrs et le « Jamaa al-Jdid » à droite, Alger (Janvier 2020)

Place des Martyrs, Alger (Janvier 2020)

Le « Jamaa Ketchaoua » se dresse non loin de la place des martyrs, et constitue l’une des plus belles mosquées de la capitale. Son architecture représente des siècles d’Histoire vécue par Alger mélangeant les styles romano-byzantin et turco-arabe. L’ancien palais du 16e siècle « Dar Aziza Bent el-Bey » se trouve juste en face. Il servait de demeure aux régents ottomans d’Alger.

Le « Jamaa Ketchaoua » constitue l’une des plus belles mosquées d’Alger (Janvier 2020)

En bas de la Casbah, vous trouverez le « Palais des Raïs », appelé aussi « Bastion 23 », classé monument historique. Il comprend plusieurs édifices, dont trois palais et six douerates (maisons des pêcheurs) datant de l’époque ottomane. Il accueille aujourd’hui le musée des arts et de la culture.

Le « Palais des Raïs », appelé aussi « Bastion 23 », classé monument historique, Alger (Janvier 2020)


#2 : Alger Centre

Alger-Centre est la partie moderne de la capitale algérienne. Il compte les principales rues commerçantes et administratives avec le siège du gouvernement, l’Assemblée nationale, le Conseil de la Nation, plusieurs ministères ainsi que le siège de la wilaya d’Alger.

Vue sur la rue Hassiba, Alger-Centre (Janvier 2020)

Siège de la Wilaya d’Alger (Janvier 2020)

La Place de la Grande Poste représente le cœur de la capitale algérienne. Elle accueille la Grande Poste d’Alger, un édifice admirable de style néo-mauresque édifiée de 1910 à 1913. Elle est le principal repère touristique d’Alger-Centre.

La Grande Poste d’Alger, principal repère touristique d’Alger-Centre (Janvier 2020)

La rue Didouche Mourad est l’une des plus belles avenues d’Alger. Historiquement un haut lieu du shopping, elle s’étend de la Grande Poste jusqu’au Palais du Peuple en traversant notamment la place Audin, la faculté d’Alger, la Cathédrale Sacré-Cœur et le parc de la Liberté.

Mosquée Al Rahma, Alger-Centre (Janvier 2020)

Graffiti reprenant les principaux monument d’Alger (Janvier 2020)

La rue arbi-Ben-M’Hidi, qui mène de la place de la Grande Poste vers le quartier de Bab el Oued, est l’une des principales artères commerciales du centre-ville. Elle abrite en son milieu la Place de l’Émir-Abdelkader commémorant le célèbre émir-résistant durant la conquête française de l’Algérie.

La charmante rue des fleuristes à coté de la Grande Poste, Alger (Janvier 2020)

La charmante rue des fleuristes à coté de la Grande Poste, Alger (Janvier 2020)

La Place de l’Émir-Abdelkader en hommage au célèbre émir-résistant, Alger (Janvier 2020)

A 600 mètres d’ici, vous trouvez quelques symboles de l’européanisation de la ville à l’image du Théâtre National (ex-Opéra) et des arcades de Bab Azoun. Le café Tantonville qui se dresse en face du square Port-Saïd est une institution datant de l’époque coloniale.

Square Port-Saïd, Alger-Centre (Janvier 2020)

Le boulevard du front de mer face au port (Bd Che-Guevara) forme une élégante promenade bordée d’immeubles haussmanniens à arcades.

Vue sur la baie d’Alger depuis le boulevard Che Guevara avec en trame de fond le Mémorial du Martyr, Alger (Janvier 2020)

Immeubles haussmanniens à arcades, Alger (Janvier 2020)


#3 : Le Jardin d’Essai et le Mémorial du Martyr :

Le Jardin d’Essai est un jardin luxuriant situé dans le quartier du Hamma à Alger, qui s’étend sur une superficie de 32 hectares au pied du Musée National des Beaux-Arts. Créé en 1832, il est considéré comme l’un des jardins d’essai et d’acclimatation les plus importants au monde. À l’extrémité nord du jardin se situe le parc zoologique qui rassemble des spécimens de la faune d’Afrique du Nord et quelques animaux sauvages. Pour l’histoire, la végétation du Jardin d’Essai a servi de décor pour le tournage du film « Tarzan » sorti en 1932.

Le magnifique Jardin d’Essai du Hamma, Alger (Janvier 2020)

Le jardin zoologique du Hamma, Alger (Janvier 2020)

Juste à côté de l’entrée principale du jardin, empruntez le téléphérique du Mémorial pour rejoindre les hauteurs d’Alger et son monument emblématique. La durée du trajet est d’environ une minute et demi et coûte 30 DA.

Le téléphérique du Mémorial qui relie le Jardin d’Essai au Maqam Echahid du Martyr, Alger (Janvier 2020)

Véritable symbole de la capitale, « Maqam Echahid » (Mémorial du Martyr) est un monument en béton rendant hommage aux martyrs de la guerre de libération algérienne. Erigé en 1982 pour fêter les 20 ans de l’Indépendance de l’Algérie, il offre un très beau panorama sur la baie d’Alger mais également sur le jardin d’essai et la Cité Diar El Mahçoul. Aujourd’hui, le Mémorial est un haut lieu de villégiature abritant un amphithéâtre, le musée du Moudjahid ainsi que la belle esplanade du centre commercial Riadh El Feth. Notons que la colline où il se dresse recèle plusieurs restaurants de renom (le Grill Room et le Bon Gibier, El Boustene …).

« Maqam Echahid » (Mémorial du Martyr), véritable symbole de la capitale, Alger (Janvier 2020)

Vue sur le quartier résidentiel Riad Al Mahçoul depuis la colline du Mémorial, Alger (Janvier 2020)


#4 : Notre-Dame d’Afrique

Notre-Dame d’Afrique est une basilique catholique installée sur les hauteurs d’Alger à 124 m au-dessus de la mer et dominant les quartiers de Bab El Oued et Bologhine. Elle a été construite par les Français au 19e siècle dans un mélange de styles mauresque, byzantin et romain. La basilique, couramment appelée « Madame l’Afrique » ou « Lalla Myriem » par les habitants du voisinage est dédiée à la Vierge Marie.

Pour y arriver, empruntez le téléphérique hyponyme. De là-haut, vous aurez une vue imprenable sur toute la baie d’Alger mais aussi sur le cimetière Saint-Eugène, dont les trois parties – musulmane, chrétienne et juive – sont particulièrement bien conservées.

Notons que ce lieu de culte géré par le Vatican a été parfaitement restaurée après le séisme de Boumerdès en 2003.

La charmante basilique Notre-Dame d’Afrique , Alger, Février 2020


#5 : D’autres visites :

La capitale algérienne compte d’avantages d’attractions et de lieux à visiter si vous plus de temps. Elle compte plusieurs musées dont les plus célèbres sont le Bardo (collection préhistorique), le MaMa (Art Moderne) et le Musée National des Beaux-Arts, l’un des plus grands musées d’art d’Afrique comptant plus de 8.000 œuvres. Le Belvédère Balcon Saint-Raphaël (El Biar) mérite d’être visité pour profiter de l’un des plus beaux panoramas sur la baie d’Alger.

Vue sur le musée des Beaux-Arts depuis le Jardin d’Essai, Alger (Janvier 2020)

Alger compte également quelques parcs de loisirs (Sablettes, Dream Park, …) et des centres commerciaux modernes (Bab Ezzouar, Ardis Mall / Carrefour & City Center).

La ville se targuera bientôt de la plus grande mosquée d’Afrique avec son « Djamaâ El-Djazaïr » (Grande Mosquée d’Alger), qui n’a pas encore été inaugurée officiellement malgré l’achèvement des travaux en avril 2019. Elle est dotée du plus haut minaret du monde (265 mètres) détrônant au passage la somptueuse Mosquée Hassan II de Casablanca.

Vue panoramique sur la baie d’Alger, au fond de la Grande Mosquée « Djamaâ El-Djazaïr » (Janvier 2020)

Dans les environs d’Alger, vous pourrez visiter les ruines romaines de Tipaza classées au patrimoine mondial de l’UNESCO.


Carnet de voyage :

Les vols :

Royal Air Maroc et Air Algérie assurent des liaisons directes quotidiennes entre Casablanca et Alger. Il faut compter entre 2.500 et 3.500 MAD pour un vol aller/retour.


Transfert depuis l’aéroport :

L’aéroport international d’Alger est situé à 16 kilomètres à l’est de la ville. Pour se rendre au centre-ville, vous avez le choix entre :

  • Le bus aéro-ville (Ligne 100) qui assure le trajet en heure et dessert la place des Martyrs, l’Assemblée Nationale, l’hôtel Essafir, l’hôtel Albert Ier, la place Audin, la Grande Poste et la gare routière. Il faut compter 50 DZD pour un voyage et le ticket peut être acheté à bord.
  • Des taxis qui assurent la liaison aéroport-centre-ville pour 200 DZD environ. Il faut compter environ 800 DZD pour faire le trajet retour.

Déplacements :

Une fois sur place, vous avez le choix entre plusieurs moyens de transport. Alger dispose d’une seule ligne de métro d’une longueur de 17.5 KM. Elle est très pratique et dessert les principaux lieux d’intérêt de la capitale (Place des Martyrs, Grande Poste, Jardin d’Essai, …etc.). Le prix du ticket est de 50 DZD (carnet de 10 tickets : 400 DZD). Deux autres extensions d’une longueur totale de 15 KM sont en cours de construction en direction de l’Aéroport et de Baraki (banlieue sud d‘Alger).

Le métro algérois inauguré en novembre 2011, Alger (Février 2020)

Le taxi est un bon moyen de vous déplacer à Alger et le prix de la course ne doit pas excéder 20 DZD/KM. Durant mon séjour, j’ai testé l’application Yassir et ça marche très bien. Les voitures sont en bon état et les prix abordables. Vous pouvez l’utiliser également pour les trajets inter-villes (ex : Alger-Tizi Ouzou).

Alger compte également une seule ligne de tramway (28 stations) qui relie les côtés est et ouest de la ville en longeant la côte. Le prix du ticket est de 40 DZD. Pour sa part, le réseau de bus algérois vous permettra de se déplacer au prix de 20 DZD.


Hébergement :

L’offre d’hôtels n’est pas étoffée sur Booking (une trentaine d’établissement). Durant mon séjour, j’ai logé à Alger City Hôtel au prix de 80€/nuit en chambre double sans petit déjeuner ce qui est assez cher comparé à la Tunisie ou au Maroc. Vous pouvez trouver des offres intéressantes au niveau d’Airbnb.


Monnaie et change :

La monnaie nationale est le dinar algérien (DZD). En janvier 2020, le taux de change officiel au niveau des banques/hôtels est le suivant :

  • 1 € = 132 DZD (1 000 DZD = 7.6 €)
  • 1 DH = 12.5 DZD (1 000 DZD = 80 MAD)

Au marché noir (aéroport, rue, …), le taux de change est beaucoup plus intéressant (1 euro = 150 DZD), mais c’est déconseillé. Notons que les chauffeurs de taxis acceptent l’Euro au cas où vous n’avez pas eu le temps de changer.

Attention, certains Algériens parlent encore en franc (centimes) et oublient de retirer deux zéros dans le prix indiqué. Si un vendeur vous annonce « 100.000 », c’est qu’il demande en fait 1.000 DZD (80 DH). De même, un million veut dire 10.000 DA soit l’équivalent de 800 DH.


Souvenirs d’Alger : que rapporter ?

Il y a une multitude d’idées souvenirs et cadeaux à ramener d’un voyage en Algérie notamment les articles de textile et les produits de l’artisanat. Les babouches de Kabylie, les bijoux traditionnels en argent et les vêtements en cuir sont des souvenirs typiques. L’achat d’un tapis reste également un grand classique.

Les gourmands ramèneront des plateaux de pâtisseries, un vrai régal pour les amateurs de sucre, d’amande et de miel. Ramener des dattes reste aussi une bonne idée notamment la célèbre « Deglet Nour ». Vous trouvez plusieurs marchands de dattes à la ruelle menant de la Place des Martyrs à la mosquée Ketchaoua.

Pour les collectionneurs de magnets souvenir (comme moi), il existe un bazar intéressant à côté de la place Emir Abdelkader (Ps : Il n’y a pas beaucoup de bazars à Alger).

Les célèbres dattes « Deglet Nour », Alger (Janvier 2020)

Souvenirs d’Alger (Janvier 2020)


TAGS

LEAVE A COMMENT